Épilogue

En terminant ce récit, je mesure combien cette piste Iditarod et cette course sont des éléments marquants dans ma vie.

J’ai participé à cette course pour vivre des émotions fortes, et pour changer de monde, je veux dire : me couper de mon monde habituel. Sur cette piste Iditarod, j’ai trouvé ce que je suis venu chercher : une nature sauvage et impressionnante, des rencontres extraordinaires, la possibilité de repousser mes limites.

En 1998, nous étions une poignée à faire cette épreuve (appelée alors Iditarod Extrem), et Bill Merchant était avec moi. J’imagine que c’est sur cette piste que Bill a eu l’idée de créer cette course : l’Iditarod Trail Invitational. 22 années plus tard, le temps est passé et je ne suis plus très jeune. J’ai mis cependant le même temps qu’en 1998 (un peu moins de 8 jours) mais avec des conditions météo plus dures. Mais important, j’ai eu encore plus de plaisir qu’en 1998.

Internet a changé notre monde et m’a permis de mieux préparer ce projet. J’ai pu lire des récits et témoignages, regarder des photos, avoir des avis sur le matériel, etc…qui n’existaient pas en 1998.

En 8 jours, le temps de ma course, le monde bascule à nouveau. Le 9 mars 2020, je rallume mon téléphone en arrivant à McGrath et j’apprends qu’un virus va modifier nos comportements. Le monde virtuel va encore devenir plus présent et tirer avantage de la situation.

En terminant ce récit, je mesure combien cette piste Iditarod et cette course sont des éléments marquants dans ma vie.

Je remercie Kathi et Kyle, et tous les bénévoles de continuer à perpétrer une course aussi dingue.

Je remercie Anne, ma bien aimée, de me laisser vivre mes folies.

J’espère revenir encore sur cette piste Iditarod,

Mathieu

< Jour précédent

J9 – Kuskoskwim River to Mc Grath